La CCMV a la responsabilité du transport et de la dépollution des effluents produits par cinq communes (Autrans, Méaudre, Villard-de-Lans, Corrençon-en-Vercors et Lans-en-Vercors), chaque commune ayant la responsabilité de la collecte des eaux usées. Elle s’est engagée en 2010 dans un programme de travaux pour la mise aux normes et l’extension de l’ancienne station d’épuration intercommunale (STEP), pour un coût total de près de 24 millions d’euros (dont 14 millions à la charge de la collectivité). Celle-ci possède une capacité de 45 000 équivalent/habitant.
421_image2
Cette installation s’inscrit dans une démarche globale de développement durable en regroupant sur le même site un procédé de méthanisation, englobant les boues issues du traitement de l’eau et le lactosérum de la Coopérative Vercors Lait ainsi qu’une  usine de  compostage.
La structure du système de collecte des eaux usées de la CCMV est constituée d’une part des réseaux de collecte communaux et d’autre part d’un réseau de transport intercommunal des eaux usées.
Depuis la construction de la nouvelle station d’épuration, SOGEA RHÔNE-ALPES exploite cet outil industriel. Le contrat d’exploitation actuel se termine au 31 décembre 2016 et intègre l’exploitation des réseaux de transport intercommunal.

Impression

Les visites pédagogiques de la station d’épuration :

Les visites des scolaires sont organisées et animées par le CPIE (Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement). La CCMV a au préalable fait sécuriser des lieux (aménagement des passerelles et mise en place de barrières de sécurité). Six panneaux pédagogiques ont été réalisés sur les étapes clés du traitement des eaux et des boues ainsi que sur l’usine de compostage.
Contact : CPIE Vercors :  Marie-José Calvo-Rodriguez par tél 04 76 94 30 43 ou mariejose.calvo@cpie-vercors.asso.fr

La production de biogaz fait baisser les coûts :

La digestion des boues a permis la valorisation de biogaz qui a généré, en termes de production électrique, plus de 337 000 kWh revendus à EDF pour un montant de près de 45 000 €.
Dans ce cercle vertueux, la production de biogaz a non seulement permis de faire fonctionner la cogénération (moteur de génératrice électrique) sur un équivalent de 200 jours mais aussi d’assurer le chauffage des installations, l’excédent d’électricité étant revendu

Vidéo : La station d’épuration et l’usine de compostage de Villard-de-Lans